SKU
10041329540000

La Joconde
Monnaie de 1 Kg Or - Or 1kg

Plus d'infos
Diamètre 100 mm
Métal OR FIN 999‰
Poids 1000 g
Qualité Belle Epreuve
La qualité "Belle Épreuve" est la plus haute qualité numismatique devant les qualités "Brillant Universel" (BU) et "courante". Une pièce belle épreuve est une pièce obtenue au moyen de coins et de flans spécialement préparés et de conditions de frappe particulières, de sorte que les motifs de gravure ressortent avec une grande netteté et que la surface est sans défaut. Les fonds de la gravure sont extrêmement brillants, les reliefs sont matés.
Tirage 19
Millésime 2019
Valeur faciale 5000€
La rencontre de deux tenants du prestige à la française : le Musée du Louvre et la Monnaie de ParisHommage à un fleuron de la Renaissance exposée au LouvreUne monnaie d'exceptionCette pièce d’un kilo or, gravée à la main, est un hommage à Léonard ...
Épuisé
main product photo
La Joconde Monnaie de 1 Kg Or Or 1kg | Monnaie de Paris
Monnaie de 1 Kg Or - Or 1kg

    Description

    • La rencontre de deux tenants du prestige à la française : le Musée du Louvre et la Monnaie de Paris
    • Hommage à un fleuron de la Renaissance exposée au Louvre
    • Une monnaie d'exception

    Cette pièce d’un kilo or, gravée à la main, est un hommage à Léonard de Vinci et à son
    chef-d’oeuvre présenté au Louvre. Pour lui donner naissance, Joaquin Jimenez, directeur de la Création Gravure de la Monnaie de Paris, s’est imprégné et de l’histoire et de ses innombrables réalisations.

    Frappée à 19 exemplaires, elle dévoile côté face le portrait de Monna Lisa. Parfaitement reproduite, elle est magnifiée par un dessin aérien de la célèbre pyramide, autre symbole majeur du musée du Louvre, venu l’orner à la manière d’une auréole. En arrière-plan, le paysage finement ciselé correspond à celui du tableau. Côté revers, un portrait de Léonard de Vinci en scientifique et inventeur.

    Cette pièce d’exception, allégorie au génie créatif, est présentée dans un coffret en laque noire destiné à l’exposer tout en la protégeant. Un cadre doré, identique à celui de l’oeuvre, entoure son berceau. Glissée dans un compartiment discret, la paire de gants indispensable à sa manipulation est accompagnée d’une brochure et d’un certificat d’authenticité.

    La collection

    Lancée en 2017, la série rend hommage aux plus grands chefs-d'œuvre de nos musées, issus des différents courants et influences artistiques de notre Histoire.

    La série Chefs d’œuvre des Musées, où quand l’art rencontre l’art. C’est chaque année un grand plaisir de rendre hommage à des œuvres si extraordinaires, mais c’est aussi un challenge pour la gravure ! Celui de sublimer au mieux ces œuvres et d’utiliser nos méthodes ancestrales pour traduire la puissance artistique et les effets subliminaux de ces immenses artistes originaux.

    Le mot du graveur
    La Jeune Fille à la Perle
    La Persistance de la Mémoire
    L'Autoportrait

    Les métiers de la monnaie

    • L'ÉMAILLEUR

      Les émailleurs de la Monnaie de Paris perpétuent la technique traditionnelle de l’émail grand feu. L'émailleur reçoit une décoration, un bijou ou une médaille frappé présentant des alvéoles. Il y insère, au porte-plume, à l'aiguille ou au pinceau, de l’émail qu’il aura préparé lui-même. Il maitrise la fixation des poudres d'émail de différentes couleurs par de courtes cuissons successives à 900 degrés

    • L'ESTAMPEUR

      L'estampeur est la personne en charge de la frappe des médailles. Il transforme un flan en une médaille ou décoration civile ou militaire : il alterne frappe pour révéler le relief et recuit pour redonner son élasticité au métal. Le flan est frappé autant de fois que nécessaire, en fonction du diamètre, de la profondeur et du détail de la gravure.

    • LE GRAVEUR

      Le graveur réalise avec talent un modèle en bas relief en pâte à modeler industrielle, puis en plâtre à partir de son dessin (main levée ou Dessin Assisté par Ordinateur) afin de magnifier sa gravure et l’accroche de la lumière. Il alterne le travail en creux et en relief jusqu’à un rendu optimal. Le graveur pratique les techniques ancestrales de la taille directe et pour laquelle il se fabrique ses propres outils.

    • LE MONNAYEUR

      Le métier de monnayeur est apparu en Gaule avec la frappe au marteau au IVe siècle av. J-C. ! La presse a désormais remplacé le marteau. Le savoir-faire du monnayeur, sa connaissance des outillages, de la gravure et des métaux, son expertise, transmise de génération en génération sans discontinuer, restent les mêmes assurant l’excellence des productions