SKU
10060057430000

Croix du combattant volontaire de la Résistance
Réduction

46,00 €
  • En stock en boutique
    Adresse : 2 bis rue Guénégaud, 75006 Paris
    En savoir plus
Plus d'infos
Métal BRONZE FLORENTIN
Poids 1.1 g
Diamètre 30 mm
Fabrication artisanale Metal : bronze florentin  Ruban : noir avec à chaque extrémité une bande rouge. Traversé verticalement de quatre bandes vertes dont deux placées au milieu, les deux autres vers le bord Face : pattée à quatre bra...
main product photo
Croix du combattant volontaire de la Résistance Réduction
46,00 €

    Description

    • Fabrication artisanale
    • Metal : bronze florentin 
    • Ruban : noir avec à chaque extrémité une bande rouge. Traversé verticalement de quatre bandes vertes dont deux placées au milieu, les deux autres vers le bord
    Face : pattée à quatre branches monobloc, au centre, la Croix de Lorraine en relief.
    Revers : l'inscription « Combattant Volontaire de la Résistance ».

    Les métiers de la monnaie

    • L'ÉMAILLEUR

      Les émailleurs de la Monnaie de Paris perpétuent la technique traditionnelle de l’émail grand feu. L'émailleur reçoit une décoration, un bijou ou une médaille frappé présentant des alvéoles. Il y insère, au porte-plume, à l'aiguille ou au pinceau, de l’émail qu’il aura préparé lui-même. Il maitrise la fixation des poudres d'émail de différentes couleurs par de courtes cuissons successives à 900 degrés

    • L'ESTAMPEUR

      L'estampeur est la personne en charge de la frappe des médailles. Il transforme un flan en une médaille ou décoration civile ou militaire : il alterne frappe pour révéler le relief et recuit pour redonner son élasticité au métal. Le flan est frappé autant de fois que nécessaire, en fonction du diamètre, de la profondeur et du détail de la gravure.

    • LE GRAVEUR

      Le graveur réalise avec talent un modèle en bas relief en pâte à modeler industrielle, puis en plâtre à partir de son dessin (main levée ou Dessin Assisté par Ordinateur) afin de magnifier sa gravure et l’accroche de la lumière. Il alterne le travail en creux et en relief jusqu’à un rendu optimal. Le graveur pratique les techniques ancestrales de la taille directe et pour laquelle il se fabrique ses propres outils.