Vous êtes ici

usine de Pessac.jpg

Processus industriels des monnaies courantes

GRAVURE : L’atelier est composé de 4 graveurs à Pessac (8 à Paris) pratiquant encore les anciennes techniques de taille directe et usant également des dernières technologies 3D et virtuelles. Ils y réalisent des coins, paire d’outillages en métal gravée avec la face de la pièce d’un côté et le revers de l’autre, assistés par des ouvriers professionnels très qualifiés.

MONNAYAGE : C’est la frappe du flan (rondelle de métal prête à la frappe) entre une paire de coins sur une presse. La cadence des presses à Pessac est de 850 coups/minute. Les pièces peuvent être monocolores ou bicolores. Ce procédé breveté par la Monnaie de Paris dès l’époque du franc permet l’assemblage d’une couronne et d’un cœur au même moment que la frappe de la pièce. L’usine de Pessac frappe également les monnaies de collection et les fabrications monétiformes (médailles-souvenir).  Un contrôle qualité est effectué à chaque étape de la réalisation.

CONDITIONNEMENT ET EXPEDITION : Les pièces frappées sont regroupées et mises en rouleaux et en boîtes. Elles sont ensuite stockées en attente d’expédition au client. L’usine propose plusieurs types de conditionnement pour ses divers clients étrangers (rouleaux, cartons, caisses, boites…).

DENATURATION : Les monnaies courantes obsolètes ou usées passent dans l’ « atelier de dénaturation ». Leur valeur faciale y est détruite par écrasement des monnaies. Elles redeviennent alors de simples flans pouvant être fondus ou réutilisés pour la frappe d’autres monnaies.
 

usine de Pessac © J-C Ballot.jpg

une institution à la pointe de la technologie

Un pôle d'expertise et de recherche

conditionnement des euros © J-C Ballot.jpg

 

La Monnaie de Paris a traversé les siècles en s’adaptant aux évolutions de son temps. Depuis la frappe au marteau jusqu’aux derniers lasers, l’institution a su développer de nouvelles techniques de fabrication. A l’échelle internationale, elle est reconnue comme étant l’une des cinq meilleures qualités de frappe au monde et elle se situe parmi les établissements monétaires les plus dynamiques en termes d’innovations technologiques. Elle est régulièrement primée pour l’excellence de ses productions avec des distinctions telles que le « Coin of the Year » (COTY) lors d’événements mondiaux spécialisés numismatique comme le « Coin Constellation ».

usine de Pessac © J-C Ballot.jpg

 

En 2007, la Monnaie de Paris développe un important programme d’investissements afin d’enrichir et de parfaire ses infrastructures, ses outillages et ses équipements. Le département de la Recherche & du Développement explore les possibilités d’innovation dans les secteurs des matériaux, des formes et des procédés industriels. Son activité se concentre sur cinq grands axes : les monnaies de collection, l’outillage, les matériaux pour monnaies courantes, les techniques de frappe et les nouveaux moyens de paiement.

usine de Pessac © J-C Ballot.jpg

 

Ces actions permettent à la Monnaie de Paris de garder une avance sur ses concurrents aussi d’un point de vue technologique, afin de proposer au public des produits de qualité, originaux et innovants. Elle se donne ainsi les moyens de relever de nouveaux défis techniques, d’innover ses productions et de viser les meilleurs standards mondiaux.

développement durable et lutte contre le faux monnayage

L’usine de Pessac fait partie du cercle très restreint des établissements monétaires mondiaux à posséder la triple certification QSE (Qualité Sécurité Environnement) : ISO 9001 sur la qualité des produits, OHSAS 18001 pour les mesures prises en termes de sécurité et de santé au travail des collaborateurs et ISO 14001 pour l’engagement de l’établissement en faveur de l’environnement.
Reconnue pour ses savoir-faire, la Monnaie de Paris participe à l’effort national et européen de lutte contre la fraude et la contrefaçon monétaires en accueillant sur son site pessacais, à la fois le Centre National d’Analyse des Pièces (CNAP) et le Centre Technique et Scientifique Européen (CTSE) qui nécessitent, l’un et l’autre des équipements performants et des dispositifs technologiques de recherche toujours plus perfectionnés.

 

atelier de monnayage à Pessac.jpeg

 

Le CNAP est composé de 5 personnes, le Centre national d’analyse des pièces est l’autorité nationale compétente en matière d’expertise de pièces euro.
Ses principales missions sont de :
• Lutter contre les contrefaçons en euro détectées ;
• Expertiser, classifier les différents types de contrefaçon ;
• Former policiers et gendarmes en charge de la lutte contre la fausse monnaie ;
• Assurer en priorité le travail pour le Centre technique et scientifique européen (CTSE) ;
• Représenter la Monnaie de Paris aux réunions des instances européennes.

 

atelier des frappes speciales.jpeg

 

Le CNAP travaille en relation avec :
• Le CTSE : mise à disposition des effectifs, des moyens et des locaux ;
• La Banque de France (BdF) : le CNAP valide les différents types de machines de tri automatique pour les opérateurs de la filière fiduciaire en relation avec la BdF ;
• L’OCRFM (Office central de répression du faux monnayage) : formation des Correspondants techniques opérationnels (CTO) police et gendarmerie ;
• L’OLAF (Office européen antifraude) de la Commission européenne.
Depuis plusieurs années, le nombre de fausses pièces baisse régulièrement : 43 000 contrefaçons en 2008, contre 24 996 en 2013, et contre 17 643 contrefaçons en 2014, soit une baisse de 30 % entre ces deux années.

 

Retrouvez la liste actualisée des machines de traitement de monnaies métalliques testées par un Centre national d'analyse des pièces de l'Union européenne (CNAP) : téléchargez le PDF - 132Ko.