Vous êtes ici

Après audition des 6 finalistes, le jury a retenu 2 lauréats

massaloux2.jpg

Lauréat Design : Laurent Massaloux

Laurent Massaloux est un designer diplômé de l’ENSCI-LES ATELIERS. Il est cofondateur de RADI DESIGNERS avec lesquels il travaille jusqu’en 2008. Il développe depuis des projets en solo ou en collaboration, qui font souvent l’objet de prototypes ou d’éditions limitées. Son travail est présent dans des collections publiques (FNAC, MUDAC, Musée des Arts Décoratifs). En parallèle, il enseigne en tant que directeur de projet à l’ENSCI-LES ATELIERS.

massaloux_laurent_projet.jpg

Le projet : « Attends-toi à l’inattendu »

Laurent Massaloux s’inspire d’une maxime du philosophe Edgar Morin qu’il sépare en deux parties. La première est inscrite sur la médaille, l’autre est projetée par une écriture lumineuse sur une surface grâce à une nouvelle technologie alliant algorithme et optique. La surface de la médaille sera traitée de deux manières : une partie satinée non réfléchissante et l’autre brillante et satinée. Cette médaille nous invite à toujours être disposés à l’inattendu, à l’émerveillement.

   

joris_1.jpg

Lauréat Arts plastiques : Joris Van de Moortel

Né en 1983, Joris Van de Moortel est un artiste plasticien belge établi à Anvers. Il est diplômé du Higher Institut of Fine Arts et de la Künstelerhaus Betanien et a remporté en 2019 le Grand Prix de la 13e Edition de la Biennale Internationale du Caire. Il est aujourd’hui représenté par la Galerie Nathalie Obadia. 

joris_projet.jpg

Le projet : La médaille et son double

Cette médaille sera composée de deux pièces. Une médaille principale représentant la scène de la Danse Macabre (en écho aux événements actuels) et une petite pièce centrale symbolisant la porte de sortie de ce monde. Les deux médailles seront entourées de deux flûtes symbolisant un moyen de communiquer universel.

Les lauréats bénéficieront d'une dotation financière de 6 000 euros chacun et d'un temps d'échanges, de création et de production au sein des ateliers parisiens de la Monnaie de Paris.
Accompagnés par les artisans, ils y réaliseront leurs médailles en séries limitées, en utilisant les techniques de la frappe ou de la fonte.
Le cadre sera propice à de nouvelles expériences artistiques et techniques, qui fédèrera savoir-faire traditionnels et créativité, afin de réinventer la médaille en questionnant son statut, son usage et sa forme.

Les finalistes

delprat_v2.png

Hélène Delprat

Née en 1957 à Amiens, Hélène Delprat est une artiste plasticienne. Après s’être formée aux Beaux-Arts de Paris, elle est pensionnaire de la Villa Médicis pendant deux ans. Artiste inclassable, elle délaisse parfois sa peinture, au style baroque et foisonnant, pour se confronter à la vidéo ou encore à la scénographie. Représentée par la galerie Christophe Gaillard, elle est professeure à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts depuis 2014.

jugan_v2.jpg

Ambroise Jugan

Né en 1989, Ambroise Jugan se passionne lors du passage à l'euro pour les pièces de 2€ commémoratives et la frappe industrielle. Formé à l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI-Les Ateliers), il a travaillé pour les designers Jean-Marie Massaud et Isabelle Daëron, avant de rejoindre le studio de design d'India Mahdavi où il travaille actuellement.

 

kohira_v3.png

Atsunobu Kohira

Né en 1979, Atsunobu Kohira est un artiste japonais installé en France. Il est diplômé de l’atelier Chardon Savard, de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et du Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains. En 2011, parrainé par Giuseppe Penone il bénéficie de la résidence d'artiste de la Fondation d’entreprise Hermès. Il est actuellement représenté par la galerie Maubert, Paris et Yumiko Chiba Associates, Tokyo et son travail s’intéresse particulièrement à l’essence et à la nature des éléments.

dachzephir_florian_dach_et_dimitri_zephir_credit_photo_louise_desnos_v2.png

Dimitri Zephir et Florian Dach

dach&zephir est un duo de designers qui se sont rencontrés à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Ensemble, ils cofondent en 2016 dach&zephir. Leur travail a notamment été exposé à Maison&Objet Paris, au VIA, au MAD Paris, ou encore au Grand Palais. En 2020, ils obtiennent le Label «Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage» pour l’étendue de la recherche Eloj Kréyol. Leur travail s’intéresse aux savoir-faire traditionnels et anciens des Antilles.

Crédit photo : Louise Desnos

jury_v2.jpg