Vous êtes ici

© Tim Walker
La Monnaie de Paris organise la première grande monographie en France du célèbre artiste britannique Grayson Perry (né en 1960, vit à Londres). Ses œuvres en céramique, en métal, les tapisseries et les gravures sont autant de réflexions ironiques et grinçantes sur des questions universelles telles l’identité, le genre, la classe sociale, la religion et la sexualité.
 
Grayson Perry joue avec sa propre identité qui devient partie intégrante de son œuvre et va au-delà des limites du monde de l’art. Des références autobiographiques - à l’enfance de l’artiste, à sa famille et à son alter ego Claire- vont de pair avec des questions sur l’être et le paraître, la classe sociale et les tendances, et le statut de l’artiste par rapport à celui de l’artisan.
 
Dans plusieurs de ses œuvres, il défie la masculinité traditionnelle et révèle comment ses valeurs et ses traits ont été érodés. Ces thèmes sont davantage explorés dans son livre The Descent of Man (2016), dans lequel il montre les façons dont les rôles masculins peuvent être destructeurs et suggère une amélioration de l’identité masculine.
 
Lauréat du Turner Prize en 2003, Grayson Perry se fait connaitre avec son œuvre en céramique qu’il commence dans les années 1980, alors que ce matériau était très peu considéré par le monde de l’art contemporain. Couvert de dessins réalisés avec la technique du sgraffite, de textes manuscrits et de pochoirs, de transferts photographiques et d’émaux, les vases de Perry sont attrayants et riches en détails. 
 
L’artiste anglais est apprécié pour sa capacité à communiquer ses opinions sur la vie sociale à travers ses œuvres, que ce soit un vase, une tapisserie ou une sculpture en bronze.
Présent dans les collections des grands musées, (Tate Modern et Victoria and Albert Museum à Londres, Museum of Modern Art à New-York), Grayson Perry a été exposé à Londres, (The Tomb of the Unknown Craftsman au British Museum en 2011, et The Most Popular Art Exhibition à la Serpentine Gallery en 2017) et à l’international (Bonnefantenmuseum à Maastricht, aux Pays Bas et ARoS à Aarhus au Danemark). Invité à coordonner l’exposition d’été à la Royal Academy of Arts cette année, il écrit et anime aussi des séries télévisées pour Channel 4 qui portent sur les mêmes thématiques que ses oeuvres, à savoir la crise de l’identité masculine, les goûts et les extravagances de la société anglaise.
Le parcours de visite se déploie sur les deux étages des salons de la Monnaie de Paris à travers 10 chapitres thématiques qui montrent les sujets d’intérêt de l’artiste.
 
Depuis 2017, la Monnaie de Paris manifeste sa volonté de soutenir la parité dans l’art et la réflexion sur le genre. Après le succès de l’exposition Women House, l’institution est heureuse d’accueillir Grayson Perry, artiste ouvertement féministe et théoricien d’une nouvelle place et définition de l’homme.
 
Le lien entre la pratique de l’artiste et le savoir-faire des artisans de la Monnaie de Paris est mis en valeur par la création d’une nouvelle médaille signée par l’artiste et réalisée dans les ateliers de l’institution. Un choix de médailles religieuses et objets de collection liés à l’histoire anglaise issues de la Monnaie de Paris dialoguera avec les œuvres de Grayson Perry et ses sources iconographiques.
 
L’exposition est réalisée en partenariat avec le musée Kiasma d’Helsinki et grâce au soutien de la galerie Victoria Miro de Londres. L’exposition est organisée par Lucia Pesapane, commissaire d’exposition à la Monnaie de Paris, au sein de la programmation artistique conçue par
Camille Morineau, Directrice des Expositions et des Collections.
 
Fichier(s) attaché(s) Taille
Dossier de Presse - GRAYSON PERRY | pdf 3 Mo