Vous êtes ici

Vue de l'Atelier des médailles - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin
Découpe des flans de médaille - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin

La préparation des flans

Les alliages étaient réalisés Quai de Conti jusqu'en 1973. Aujourd'hui, bronze florentin, bronze monétaire, métal cuivreux, or et argent arrivent en plaque ou bobine. L'Atelier des Médailles sélectionne l'alliage et l'épaisseur du flan en fonction de  la forme de la médaille ou décoration, de la presse utilisée, du motif et de la profondeur de la gravure.
Les flans sont ensuite découpés, cordonnés et enfin recuits. Ils sont ainsi prêts à être frappés.

Seaux avec des flans en bronze découpés - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin
Balancier pour la frappe de médailles dans les années 30 - © Monnaie de Paris

L'estampage : l'art du monnayage de médailles

Le monnayeur de médailles transforme un flan en une médaille ou décoration civile ou militaire : il alterne frappe pour révéler le relief et recuit pour redonner son élasticité au métal. Le flan est frappé autant de fois que nécessaire, en fonction du diamètre, de la profondeur et du détail de la gravure. Enfin, nos fabrications reçoivent des traitements de surface pour les magnifier.

Estampage d'une médaille Astérix - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin
Frappe de décorations Palmes académiques - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin
Patine à la brosse d'une médaille - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin
Patine spéciale à la pierre ponce pilée et au doigt d'une médaille - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin
Patine spéciale à la main d'une médaille - © Monnaie de Paris | Jean-Marc Martin

Ajouter la couleur, souligner le relief, un autre métier d'art

Après estampage, la médaille est détourée, sablée, parfois dorée ou argentée, puis polie ou patinée.
La patine est une coloration par oxydation servant à protéger et magnifier le motif. Il existe deux techniques, l'une mécanique, l'autre manuelle dite patines spéciales. Chaque relief est éclairci avec une brosse, grattoir, chiffon, éponge ou bouchon de liège. Enfin, une couche de vernis est fixée sur la médaille.