Vous êtes ici

A

Alliage

Métal combinant plusieurs éléments métalliques. L'alliage le plus connu est le bronze, qui allie à minima étain et cuivre. Généralement artificiels certains alliages peuvent être naturels comme l'électrum, alliage naturel d'argent et d'or.
 

Argenture

Technique qui permet d'obtenir par électrolyse un dépôt d'argent fin et adhérent sur des ouvrages en métal commun, dans un but décoratif.
 

Avers

Face d'une monnaie ou d'une médaille, l'autre étant le revers. En général, l'avers montre une effigie, un symbole ou, à défaut, une mention qui identifie l’autorité émettrice : le portrait du chef de l’Etat, un blason, le nom de l’Etat… Dans le cas des euros, c'est la face nationale, avec Marianne, la Semeuse ou l'arbre pour les euros français.

B

Balancier

Première machine au moyen de laquelle on a frappé les monnaies et médailles. Le flan, placé dans une virole entre deux coins gravés, était frappé grâce à la pression considérable exercée par une vis lancée dans un mouvement vertical. Cette machine est apparue en Allemagne vers le milieu du XVIe siècle et son utilisation fut généralisée en France par Louis XIV au début de son règne.
 

Belle épreuve (BE)

La qualité "Belle Épreuve" est la plus haute qualité numismatique devant les qualités "Brillant Universel" (BU) et "courante". Une pièce belle épreuve est une pièce obtenue au moyen de coins et de flans spécialement préparés et de conditions de frappe particulières, de sorte que les motifs de gravure ressortent avec une grande netteté et que la surface est sans défaut. Les fonds de la gravure sont extrêmement brillants, les reliefs sont matés.
 

Brillant Universel (BU)

Finition spéciale appliquée à certaines monnaies de collection. Elles sont frappées avec un outillage neuf et présentent un aspect brillant et parfait, sans aucune trace de dégradation du fait qu'elles n'ont jamais été mises en circulation. 
 

Bronze

Alliage de cuivre, d'étain et accessoirement de plusieurs autres métaux (zinc, fer, plomb). Il est utilisé pour la frappe des médailles.
 

Bronze florentin

En réalité un laiton plus jaune que le bronze, contenant 85% de cuivre et 15% de zinc.
 

C

Cire perdue

Procédé de fonderie qui consiste à réaliser un moule, emprunte de l'objet original, puis d'y couler de la cire pour réaliser un modèle en cire de l'objet, éventuellement retouché par l'artisan (notamment ajout d'évents). Un second moule ou "carapace" est ensuite fabriqué autour du modèle en cire. Lors de la coulée, le métal en fusion vient remplacer la cire. Lorsque le métal est solidifié, la carapace est détruite pour obtenir la pièce métallique, qui sera ciselée polie et patinée.

Ciselure

Permet de corriger les défauts de la coulée (suppression des évents et correction des contours) afin de donner au bronze sa forme finale.

Coin

Matrice de frappe des monnaies et médailles. Cet outil, fonctionnant par paire, est un bloc d'acier sur lequel sont gravés en creux et à l'envers les effigies, les éléments décoratifs et les inscriptions qui seront imprimés en relief sur le flan. Après avoir été "frappé" au marteau, puis au balancier, ce sont des presses hautement perfectionnées qui se chargent aujourd'hui de cette opération.

Corne d'abondance

Différent (symbole, marque) de la Monnaie de Paris depuis 1880.

Coulée

Opération consistant à faire passer un métal du creuset où il a fondu à un moule ou une lingotière où il se solidifie.

D

Différent

Lettre ou symbole désignant de quel atelier une pièce est sortie ou qui identifie le maître d'atelier, ou encore le graveur.

Dorure

Technique qui permet d'obtenir par électrolyse un dépôt d'or fin et adhérent sur des ouvrages en métal commun ou en argent, dans un but décoratif.

E

Electro érosion

Procédé d'usinage, dénommé parfois étincelage, qui consiste à donner une certaine forme à une pièce de métal par le moyen de décharges électriques occasionnant une micro fusion superficielle.
Les deux électrodes entre lesquelles se produisent les décharges électriques sont respectivement la pièce à usiner et l'outil qui présente inversée la forme que doit prendre la pièce.
En matière de médailles, lorsque le modèle est tel que les matrices de frappe comportent certaines fragilités, on ménage ces matrices en faisant précéder leur emploi par celui de matrices d'ébauche, réalisées en "aciers alliés" particulièrement durs : ceux-ci ne pourraient être « enfoncés » par les méthodes habituelles et on recourt, pour les usiner, à l'électroérosion.
La finition des médailles en question s'effectue avec les matrices d'aciers moins durs, obtenues par le procédé traditionnel de l'enfonçage et qui ne présentent pas en surface, la granulation que laisse l'électro érosion.

Emaillage

Opération par laquelle on recouvre la surface d'objets en certaines matières d'un enduit vitrifié, qui peut être opaque ou translucide, et que l'on colore à l'aide de divers oxydes métalliques.

Enfonçage

Procédé qui permet d'obtenir, par pressage, une matrice en imprimant à l'aide d'un acier gravé en relief (poinçon) le sujet souhaité.

Estampage

Frappe des médailles : les flans sont frappés une 1ère fois entre deux matrices ("passe d'ébauche") puis sont recuits dans des fours, et subissent une nouvelle passe entre les deux mêmes matrices ; il y a autant de passes et de recuits entre chaque passe que nécessaire (en fonction du diamètre de la médaille et de la profondeur de la gravure).

Event

Les évents d'un moule pour la fonte d'art sont des conduits permettant au métal liquide de remplir le moule.

F

Flan

Rondelle de métal vierge de toute frappe destinée à être transformée en monnaie ou en médaille. Les flans sont découpés dans les lames au moyen de cisailles ou avec une machine.

Fonte

Procédé par lequel on reproduit en métal l'œuvre modelée par un sculpteur : on coule du métal en fusion dans un moule pris sur cette œuvre.

Voir également les techniques de fonte par V-Process, par cire perdue.

Frappe

Procédé qui permet d'obtenir l'empreinte d'un sujet gravé sur un flan de médaille ou de monnaie au moyen d'une presse. L'avers et le revers sont frappés simultanément.

Voir également estampage.

G

Galvanoplastie / Galvanotype

Technique permettant d'obtenir par électrolyse un dépôt de métal sur un support adéquat.
Dans la technique de la médaille, le dépôt galvanique doit être assez épais et pouvoir se détacher facilement car il est ici employé pour constituer un modèle nouveau qui est la contrepartie exacte du modèle qui sert de support.
Le nouveau modèle, appelé "galvano" (par abréviation de galvanotype), est utilisé sur le tour à réduire pour la gravure des coins.
Un "galvano" peut être également fabriqué à des fins décoratives et subit alors un traitement de surface approprié.

J

Jeton

Objet monétiforme, généralement en laiton ou en cuivre ayant divers usages : il fut employé comme instrument de calcul, surtout du XIVe au XVIIIe siècle. Le terme désigne également de petites médailles (ou mini-médailles), distribuées lors d'occasions particulières.

L

Lame

Plaque de métal étroite dans laquelle on découpe les flans.

Laminage

Opération qui consiste à compresser un lingot entre les deux cylindres tournant en sens inverse d'un laminoir, pour les transformer en une plaque de plus faible épaisseur. L'ajustement de l'écartement des cylindres permet d'obtenir l'épaisseur désirée.

Légende

Lettres ou mots figurant sur une pièce de monnaie ou une médaille. Désigne principalement les mots qui figurent sur le pourtour.

Lingot

Morceau de métal fondu généralement de forme rectangulaire et épais à partir duquel on fabrique les lames.

Listel

Rebord de la face et du revers d'une pièce de monnaie en légère saillie par rapport aux reliefs de chacune des deux faces. Il protège les motifs des deux faces contre l'usure. Il permet également l'empilage des pièces et facilite la mise en rouleaux.

M

Matrice

Outillage gravé en creux et à l'envers.

Médaille

Objet métallique, le plus souvent en bronze, argent ou or, frappé ou coulé sans valeur libératoire, uniface ou biface, montrant une scène, des personnages ou des symboles. Une médaille peut être frappée par une personne privée ou par la puissance publique pour commémorer une action, un évènement ou pour honorer un personnage ou une institution. La médaille peut être aussi un objet de dévotion. Enfin, on appelle aussi médaille toute décoration militaire ou civile.

Millésime

Chiffre indiquant la date d'émission d'une monnaie.

Module

Diamètre d'une pièce ou d'une médaille après la frappe et son détourage.

Monnaie

  1. Etablissement où sont fabriquées les pièces de monnaies.
  2. Ensemble des signes physiques ou virtuels qui servent essentiellement à mesurer la valeur et à échanger des biens et des services. Il existe différentes sortes de monnaie : la monnaie à valeur intrinsèque, constituée par les espèces frappées avec du métal précieux, argent ou or, dont la valeur est celle du métal avec lequel elles sont frappées ;  la monnaie fiduciaire : la valeur des monnaies est le résultat d'un accord explicite ou implicite entre les acteurs sociaux qui s'établit en fonction des besoins et du niveau de la production, la fonction monétaire peut se porter sur n'importe quel support à partir du moment où il est accepté comme tel par les acteurs économiques. La valeur faciale portée par le signe monétaire en clair ou codé est liée à l'unité en vigueur. C'est une monnaie dont la seule garantie est la confiance dans le pouvoir émetteur. Vient de "fides" (la confiance).

Monnaies de collection

Pièces de monnaie à cours légal, mais dont une ou plusieurs de leurs caractéristiques physiques (dimension, alliage, poids) ou la gravure ou l'état de finition (qualité épreuve ou brillant universel), diffèrent de ceux des pièces courantes.

N

Numismatique

Du mot grec nomisma qui signifie "pièce de monnaie", science qui décrit les monnaies et étudie leur histoire.

P

Patine

Coloration d'une médaille, d'une monnaie ou d'un bronze d'art. La patine naturelle, phénomène de corrosion atmosphérique, se produit sur une longue durée. Les patines obtenues artificiellement par oxydation, ont pour but d'atténuer la brillance, de souligner les reliefs, et pour les fontes, obtenues à chaud, d'accrocher la lumière, de valoriser les volumes.

Poinçon

Matrice gravée en relief et à l'endroit.
Le poinçon peut porter la gravure d'une des deux faces d'une monnaie ou médaille : il sert à l'enfonçage des coins de fabrication. Il n'a parfois qu'un détail du dessin, par exemple le poinçon de garantie, que l'on enfonce dans un coin final après gravure et vérification.

Poinçon de garantie : poinçons comportant à une extrémité un symbole distinctif qui s'insculpe dans un ouvrage en métal précieux et sert à en garantir le titre. Chaque marque est caractéristique d'un métal et d'un titre. Ces instruments sont fabriqués par la Monnaie de Paris et utilisés par les bijoutiers et les administrations françaises et étrangères des Douanes et des Impôts.

Poli-miroir

Traitement pratiqué sur un outillage monétaire à toute fin de donner au champ (arrière plan lisse d'un motif) un aspect réfléchissant, tranchant avec l'aspect mat du motif qui se détache au premier plan.

R

Rhodium

Métal blanc et brillant, très précieux, généralement déposé sur un métal d'une valeur inférieure (argent). Le dépôt de rhodium sur un bijou aura un effet passivant, empêchant tout effet de corrosion de la peau sur le bijou. Utilisé en dépôt sélectif, le rhodium noir permet des effets esthétiques de contraste avec l'or et l'argent notamment.

Recuit

Procédé qui consiste à soumettre un flan de médaille à des températures élevés entre deux passes successives de façon à rendre plus malléable le métal durci par la frappe et à permettre de poursuivre l'estampage jusqu'à la remontée complète de la gravure.

Réduction mécanique

Voir Tour à réduire.

Revers

La face d'une pièce de monnaie ou d'une médaille opposée à l'avers.

T

Taille directe

Technique qui permet à l'artiste d'exécuter directement son œuvre à la dimension et dans la matière définitive, sans maquette préalable. La taille directe s'exécute généralement en creux. Le graveur reporte sur le bloc d'acier en l'inversant le dessin qu'il a créé. Cette technique demande une grande maîtrise car une erreur ne peut être rattrapée.

Tirage

Quantité totale d'exemplaires d'un produit.

Titre

Le titre (ou aloi) est la proportion de métal précieux fin contenu dans un alliage. Le titre est exprimé en nombre de parts pour 1000. Par exemple, Or à 920°/°° signifie que l'alliage est composé de 920 parts d'or et de 80 parts d'autre métaux. Le carat est une ancienne unité de mesure du titre de l'or.

Tour à réduire

Machine qui suit le principe d'homothétie d'un pantographe qui se meut dans tous les plans. On positionne le modèle en creux (deux à trois fois le diamètre de la médaille ou de la monnaie) à une extrémité de la machine et à l'autre extrémité le bloc d'acier vierge destiné à devenir outillage. Un palpeur suit le relief de la maquette et le transmet fidèlement, avec la réduction voulue, à une fraise qui grave l'acier destiné à devenir l'outillage.

Tranche

Surface courbe d'une pièce, qui peut être lisse, cannelée ou inscrite.

Trempe

Refroidissement rapide appliqué à un alliage après chauffage, qui a pour but de lui conserver, à la température ambiante, les propriétés mécaniques de la structure acquise à haute température.

V

V-Process

Procédé de fonderie avec moulage au sable sous vide. Technique mise au point dans les années 70 : l'empreinte d'un modèle en plâtre permet de réaliser deux demi moules avec du sable très fin et sec, et qui, grâce à du film plastique, est maintenu compact par un système d'aspiration sous vide. Le métal en fusion est coulé dans le moule. Après refroidissement, la pompe à vide est désactivée, le sable récupéré et la pièce décochée.

Valeur faciale

Valeur légale de la pièce, généralement indiquée au revers.

Valeur intrinsèque

Valeur d'une pièce déterminée par sa teneur en métal fin.