SKU
10081337260000

Face au réel : éthique de la forme dans l'art contemporain
Giovanni Careri et Bernhard Rüdiger

19,00 €
Plus d'infos
Poids 372 g
Dans le cadre de l'exposition "Trois Actes" de Thomas Schütte à la Monnaie de ParisComment artistes et théoriciens affrontent-ils les questions éthiques d’un art contemporain en pleine évolution dans son rapport à la technique et au « réel », dont...
Indisponible
main product photo
Face au réel : éthique de la forme dans l'art contemporain Giovanni Careri et Bernhard Rüdiger | Monnaie de Paris
Giovanni Careri et Bernhard Rüdiger
19,00 €

    Description

    • Dans le cadre de l'exposition "Trois Actes" de Thomas Schütte à la Monnaie de Paris


    Comment artistes et théoriciens affrontent-ils les questions éthiques d’un art contemporain en pleine évolution dans son rapport à la technique et au « réel », dont il entend témoigner ou porter la trace ? La recherche ici présentée a été menée sur deux ans par une équipe mixte composée d’artistes, de chercheurs et d’étudiants de l’École nationale des beaux-arts de Lyon et du Centre d’histoire et théorie des arts de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris. La création contemporaine a été observée sur l’horizon de son développement récent, avec l’objectif d’en dégager les « objets théoriques » ; des objets susceptibles de produire un réseau de relations significatives qui traversent l’art contemporain, le relient à la philosophie et à l’histoire. Avec pour principe d’articuler la théorie à la pratique et les démarches intellectuelles aux démarches artistiques, ce travail collectif s’est fondé sur la spécificité la plus remarquable d’une École des beaux-arts : les modalités d’expérimentations qu’elle permet de créer dans le prolongement des échanges, des pensées, des formes et des pratiques qui ont émergé dans la longue durée des séminaires et workshops. Faisant écho aux contributions des artistes et des théoriciens invités (philosophes, historiens de l’art…), les textes et les travaux plastiques des jeunes chercheurs et des jeunes artistes membres de l’équipe restituent la dynamique et le mouvement collectif du projet. L’ensemble des concepts et des pratiques interrogeant une « éthique de la forme » dans la création contemporaine en cartographie les enjeux question par question. Parmi elles : la possibilité d’une image « juste », les opérations de montage – entendu comme dispositif opérationnel reliant le document à l’histoire –, ou encore l’art contemporain et son rôle dans le champ de la mémoire.

    Les métiers de la monnaie

    • L'ÉMAILLEUR

      Les émailleurs de la Monnaie de Paris perpétuent la technique traditionnelle de l’émail grand feu. L'émailleur reçoit une décoration, un bijou ou une médaille frappé présentant des alvéoles. Il y insère, au porte-plume, à l'aiguille ou au pinceau, de l’émail qu’il aura préparé lui-même. Il maitrise la fixation des poudres d'émail de différentes couleurs par de courtes cuissons successives à 900 degrés

    • L'ESTAMPEUR

      L'estampeur est la personne en charge de la frappe des médailles. Il transforme un flan en une médaille ou décoration civile ou militaire : il alterne frappe pour révéler le relief et recuit pour redonner son élasticité au métal. Le flan est frappé autant de fois que nécessaire, en fonction du diamètre, de la profondeur et du détail de la gravure.

    • LE GRAVEUR

      Le graveur réalise avec talent un modèle en bas relief en pâte à modeler industrielle, puis en plâtre à partir de son dessin (main levée ou Dessin Assisté par Ordinateur) afin de magnifier sa gravure et l’accroche de la lumière. Il alterne le travail en creux et en relief jusqu’à un rendu optimal. Le graveur pratique les techniques ancestrales de la taille directe et pour laquelle il se fabrique ses propres outils.

    • LE MONNAYEUR

      Le métier de monnayeur est apparu en Gaule avec la frappe au marteau au IVe siècle av. J-C. ! La presse a désormais remplacé le marteau. Le savoir-faire du monnayeur, sa connaissance des outillages, de la gravure et des métaux, son expertise, transmise de génération en génération sans discontinuer, restent les mêmes assurant l’excellence des productions